Published On: ven, nov 18th, 2011

[TEST]NBA 2K12

La saison NBA 2011-2012 se voit de plus en plus compromise. Le Syndicat des joueurs et les propriétaires des franchises ne parviennent toujours pas à s’entendre sur la redistribution des bénéfices, ce qui provoque des sueurs froides à David Stern (le patron de la ligue) qui voit la menace d’une action en justice pointer le bout de son nez. Cette situation, qui semble bien sans issue à l’heure qu’il est, est une aubaine pour le basket-ball européen qui, à cette occasion, devient le seul salut pour les joueurs en mal de jeu, on annonce même aujourd’hui que Joakim Noah pourrait bien intégrer le Paris Levallois Basket en cas d’annulation pure et simple de la saison NBA. Et pour les fans de la NBA, que leur reste-t-il ? Une seule solution aujourd’hui pour espérer voir une revanche entre les Dallas Mavericks et le Miami Heat, jouer à NBA 2K12. A cette, ils n’ont que cette échappatoire à ce conflit qui les prive de leur sport favoris.

L’an dernier fut une année exceptionnelle en ce qui concerne le genre simulation de basket-ball NBA. Après que la concurrence ait jeté l’éponge, 2K Sports s’est retrouvé seul sur le marché, mais n’a pas pour autant abusé de la confiance des fans, bien au contraire. On aurait pu penser que la mise en avant d’une icône comme Michael Jordan n’était qu’un gros coup de marketing et que le jeu serait surement un cran en dessous du déjà très bon NBA 2K10, mais non. 2K Sports nous a gratifié de la meilleure simulation NBA jamais développé jusqu’à cette année. Pourquoi « jusqu’à » ? Tout simplement parce que le cru 2012 NBA 2K est encore meilleur que le cru 2011 et c’est un véritable tour de force lorsque l’on connait la qualité de NBA 2K11. Mais qu’est-ce que 2K Sports pouvait encore améliorer dans sa simulation de basket-ball ? Nous allons tenter de vous donner envie d’y jouer.

Une nouvelle fois, 2K Sports est seul sur le marché pour cette nouvelle saison et l’Histoire de la NBA est tout en haut de l’affiche pour cette édition 2K12. Airness est toujours la figure de proue du jeu, mais est rejoint par une quinzaine d’autres étoiles de la NBA des années passées, notamment avec Magic et Bird qui l’on accompagné à la sortie du jeu sur des pochettes collector. Nous retrouvons également parmi ces étoiles, ces Légendes comme elles sont appelées dans le jeu, de grand nom du basket NBA de l’air moderne, mais bien plus loin dans l’histoire de ce sport: Wilt Chamberlain, Hakeem « the Dream » Olajuwon, Isiah Thomas, Oscar Roberston (seul joueur dans l’histoire ayant réalisé un triple double de moyenne sur toute une saison), Dr J, Pat Ewing, Jerry West, Kareem Abdul-Jabbar, Bill Russel, Scottie Pippen (éternel lieutenant de Jordan aux Chicago Bulls) ou encore la doublette Malone/Stockton. Comme pour les Défis Jordan l’an passé, 2K Sports vous propose de relever un challenge pour chaque Légende et selon le rôle de chacun dans leur club respectif, il faudra savoir être marqueur, passeur, aller au charbon sous les paniers pour capter des rebonds, voleur de ballons pour les interceptions etc. Alors autant vous dire que pour l’image de marque de la NBA, en ce moment c’est bien 2K Sports qui fait le boulot.

Mais là où le développeur à réalisé un petit tour de force, c’est en jouant avec notre fibre nostalgique sur le traitement apporté au visuel de ces matchs de Légende. La licence NBA 2K est une simulation et qui dit simulation, dit que l’on doit ressentir le style de jeu, l’ambiance et qu’il faut que l’on soit presque persuadé d’être réellement à un match. Alors les parquets et les règles sont d’époque, pas de ligne à 3 pts pour les matchs des années 60, un jeu beaucoup moins rapide et avec moins de pénétrations dans la raquette comme aujourd’hui, entre deux au début de chaque quart-temps. Mais surtout, nous nous retrouvons devant une retransmission comme dans les années 60, 80 ou début des années 90. Et croyez-moi, lorsque l’on est fan, c’est MA-GI-QUE ! Les matchs des années 60 sont en noir et blanc; oui, vous avez bien lu, nous ne sommes pas en train de parler d’un Limbo, mais bien d’un jeu NBA. Mais quelle claque de vivre ça manette en main et surtout quel soin apporté à ces matchs, car tout y passe, de l’affichage du score à la présentation d’avant match, même le son des commentateurs est étouffé.

L’autre gros morceaux de la licence NBA 2K depuis quelques temps est le mode Mon joueur. Une fois de plus, vous allez devoir vous faire une place dans la ligue et tenter de devenir LA star NBA. La Draft déterminera l’équipe dans laquelle vous débuterez votre carrière, sur le banc ou à porter les sacs, pour grappiller des minutes au titulaire à votre poste jusqu’à devenir la première option de jeu. Par la suite, différents objectifs sont en ligne de mire, comme devenir rookie du mois puis de l’année, participer au Rookie Challenge, signer de gros contrats publicitaires et pourquoi pas une finale NBA et le titre qui va avec. Mais s’il sera extrêmement difficile de réussir cette prouesse la première année avec l’équipe qui vous aura sélectionné à la Draft. A vous de demander un transfère si vous pensez pouvoir être meilleur dans une équipe à la hauteur de vos ambitions. Vous devrez aussi gérer votre image dans les conférences de presse d’après match où 4 possibilités de réponses vous sont offertes, idéal pour se fâcher avec son coach, ses coéquipiers ou se mettre à dos les fans. Un Hall of Fame vous indique où vous en êtes dans la progression de vos statistiques en carrière, histoire d’entrer, un jour peut-être, dans ce Panthéon du basket ball nord américain.

2K sport nous propose bien évidemment de jouer la saison NBA actuelle (euh, enfin vous voyez ce que je veux dire) avec l’équipe de son choix, soit en management complet -avec tout ce que cela implique comme prise de tête avec les contrats des joueurs-, soit comme on l’entend lorsque l’on joue à un jeu de sport, en contrôlant juste les joueurs sur le parquet (avec ou sans gestion du coach pour les temps morts et les changements de joueurs). Une saison complète, seulement les playoffs, du StreetBall, de l’entrainement (Camp d’entrainement pour être plus précis, qui est un gros didacticiel), comme toujours le développeur laisse le choix au joueur de jouer comme il l’entend. Mais aussi comme il le sent, avec les différents mode de difficulté, de paramétrage dans les tirs, du pourcentage de réussite au shoot à la pénétration dans la raquette adverse en passant par celui des interceptions, tout est paramétrable dans NBA 2K12. Il en va de soit pour la gestion des équipes, des joueurs, des stratégies en match… TOUT est paramétrable qu’on vous dit ! Le mode Association est toujours disponible et se voit également décliné dans un mode en ligne, vous aurez donc encore plus de choix pour affronter le reste du monde en plus des habituelles « partie rapide« , « en équipe« , « tournois« …

Le gameplay n’a pas foncièrement changé, puisqu’il était déjà très bon, nous allons dire qu’il s’est étoffé avec de nombreuses nouveautés surtout dans les tirs. vous avez toujours la possibilité de réaliser vos shoots au stick droit ou avec le bouton prévu à cet effet, mais le développeur s’est dit que cela n’était pas encore assez et vous permet de combiner quelques mouvements avec votre tir. Surtout, ces mouvements sont très simple à réaliser, à vous la joie d’effectuer un double pas réussit avec Kobe afin de marquer au nez et à la barbe des intérieurs de l’équipe adverse.
Ce gameplay est d’autant plus « jouissif » que le moteur de collision à lui aussi été affiné. A présent vous allez, sur certaines phases, y réfléchir à deux fois avant de foncer tête baisser vers le panier, car face à vous il pourrait bien y avoir un mur. NBA 2K12 est une simulation et il n’y a que le travail qui paie vraiment dans ce genre de sport, surtout si l’on joue le jeu.

L’habillage du jeu est toujours dans le haut du panier de ce genre de productions dites « simulation sportive » (à l’image des FIFA, NFL etc.). Les codes visuels de la NBA sont bien là et les publicités aussi, les jeux des mots et les anecdotes des commentateurs sont toujours aussi plaisantes à écouter. Justement vos oreilles seront une fois de plus bercées, si l’on peut dire, par la bande son qui reste, comme souvent, l’une des meilleurs à condition que l’on apprécie un minimum le rap, la pop et le rock. Une personne ne sachant pas que vous êtes en train de jouer à un jeu pourrait penser que vous regardez un match à la télé, tellement l’habillage est soigné.

MEILLEUR JEU DE SPORT DE L’HISTOIRE, je me mouille et j’assume parfaitement mon coté fanboy de la licence NBA 2K. L’an dernier, je pensais avoir touché du doigt le Saint Graal, qu’aucun autre jeu de basket ne pourrait faire mieux. Mais les équipes de Visual Concept nous ont fait une bonne blague en réalisant un nouvel exploit et en mettant au placard le très fameux NBA 2K11. Sensation de jeu, immersion, jouabilité, plaisir tout simplement, oui plaisir car ce NBA 2K12 est un vrai plaisir (j’appuie fortement sur le mot) pour tout fan de basket-ball dans le monde. Et la frustration engendrée par le Lock-Out, qui nous prive de notre dessert, est quelque peut effacée grâce à ce jeu. Si l’on ajoute à cela l’arrivée prochaine du DLC « Présentation des Légendes » qui vient ajouter 45 nouveaux joueurs de l’histoire de la ligue, des modes de jeux et un nouveau traitement graphique pour ces modes, autant vous dire que le conflit peut durer encore un peu plus longtemps, je me contenterai de regarder le championnat de France de Pro A et de jouer à NBA 2K12 !

Cette merveille est disponible sur Xbox 360, PlayStation 3, PlayStation 2, Wii, PSP et PC.

About the Author

-

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>