Published On: dim, mar 31st, 2013

[TEST]God of War: Ascension

GodOfWarAscension_Logo

A la fin de l’hiver 2010, nous avions laissé Kratos sans trop savoir ce qu’il deviendrait de notre spartiate bodybuildé après avoir défoncé les trois frangins de l’Olympe, Poséidon, Hadès et Zeus. La trilogie démarrée sur Playstation 2 en 2005 et qui a connu deux épisodes sur PSP ne pouvait pas se clore comme ça sans revenir aux sources de l’histoire de notre héros (même si l’on nous avait dit plus ou moins le contraire après GowIII). Ce God of War: Ascension a surtout été lancé pour combler une frustration des développeurs de n’avoir pu intégrer un mode multijoueur dans God of War 3 et qui, d’après ce qu’ils nous en ont dit lors de notre interview, vaut le détour ! Remontons le temps pour savoir si les fans seront comblés ou déçus ?

godofwarascension_11964GamesCom_SpartanHallOn le sait Kratos n’est pas du genre à lire un bouquin au coin du feu avec sur ses genoux un chaton ronronnant… Non, pour lui passer le temps c’est décapiter et démembrer à tout va dans la joie et la bonne humeur. C’est donc, une fois encore, que ce God of War: Ascension débute avec une grande scène d’introduction où vous allez une fois de plus charcuter pour vous mettre dans le bain. Ce qui est rassurant compte tenu de la mise en avant du mode multijoueur du titre, il y a bien un mode solo. Le scénario vous transporte quelques mois après que Kratos eu mit fin aux jours de sa petite et charmante famille (sa femme et son enfant) et brisa le pacte qui le lie à Arès, le dieu de la guerre. Mais c’était sans compter sur Mégère, Alecto et Tisiphone, les trois Erinyes de la mythologie qui sont venues lui rafraichir la mémoire: « Un pacte, ça ne se brise pas comme ça ! Non de Zeus« .

godofwarascension_20949SP02L’aventure va une nouvelle fois vous embarquer à faire face à toutes sortes de monstres pour mettre fin à la pression de ces trois diablesses. Une aventure qu’il va falloir bien suivre car elle sera entrecoupée de flashbacks durant la grosse dizaine d’heures de ce mode solo (ce qui en fait déjà deux fois plus que God of War III sans même prendre en compte le multi pour le moment). Ca manque de clarté et c’est là qu’apparait surtout le fait que le mode solo est plutôt l’accompagnement du mode multi que le coeur même du jeu. Mais, on va faire avec et pousser malgré tout Kratos à aller au bout de l’aventure.

godofwarascension_20951SP03Le système de jeu reprend bien évidemment tout ce qui fait la force de la saga, vos lames du chaos, des quick time event et une action assez bien rythmée et entrecoupée de quelques puzzles (qui ne sont pas les plus difficiles que l’on ait eu dans un GOW…). Dans GOW:Ascension, vous allez faire évoluer vos lames du chaos, mais également en avoir 3 autres « modèles » supplémentaires avec la liaisons aux pouvoirs de Poséidon, d’Hadès et de Zeus. Cela permettant au final de varier et surtout de faire plus de dégâts à certains ennemis avec certaines lames. On ne tape pas n’importe qui avec n’importe quoi. A côté de ces quatre modèles de lames, au fil de votre aventure, vous allez faire l’acquisition d’autres pouvoirs permettant de créer un clone actif, de ralentir vos ennemis quand c’est possible car cela n’aura pas d’effet sur tous… Cette évolution, tout comme celle de votre barre de vie et de pouvoir via les plumes et les yeux, se fera avec la collecte d’âmes, les orbes rouges. Et il faudra en tuer du monde.
Les puzzles, quand à eux, sont assez simples dans leur ensemble, voir même trop, et il ne faudra jamais que quelques secondes pour en saisir le fonctionnement. Certains seront à gérer avec les pouvoirs -ou plutôt les artéfacts- récupérer dans le jeu, comme grâce à l’amulette d’Uroborus qui répare ou dégrade les objets, ou celle générant un double… mais nous n’allons pas entrer dans les détails des puzzles.

godofwarascension_20941MP01Techniquement, God of War: Ascension est au point, c’est propre, fluide, jouable (même si par moment les caméras sont trop lointaines pour que l’on ne s’y perde pas) et les thèmes musicaux accompagnent parfaitement l’action. On regrette l’absence de « wow effect » de God of War III avec sa première demi-heure monstrueuse de réalisation, mais ce manque est comblé par une gestion du ratio Action/aventure qui est bien mieux maitrisée dans cet opus que dans le précédent où après le début, on plongeait dans une certaines monotonie avant de revenir à un final grandiose. Un manque compensé par une gestion des combats qui mélangeant comme toujours (et même un peu plus d’ailleurs) vos nombreuses combos avec vos lames ou vos armes secondaires glanées sur le terrain (lance, marteau, épée…), des Q.T.E. et scènes de combats rapprochés pour mettre fin à la vie de votre vis à vis du moment.

godofwarascension_20943MP02Faisons maintenant le tour du multijoueur, car c’est un peu pour ça que le jeu est sorti après tout. Comme dans tout bon multijoueur, vous passer par la case création de votre personnage, mais d’une manière assez originale puisque l’on va vous demander de faire un choix d’allégeance à un pouvoir divin, ou plutôt à un dieu. En effet il va falloir vous orienter vers un personnage aux pouvoirs d’un des trois grands dieux de l’Olympe que sont Poséidon, Hadès et Zeus. Ce choix orientera votre destiné dans les combats en ligne puisque vous ne pourrez pas en changer si ce n’est faire évoluer vos armes, votre équipement et vos compétences grâce à votre XP accumulée en jeu. Les modes en ligne sont assez variés pour contenter les fans de baston en ligne et ceux de la saga. Seul face au reste du monde ou en équipe, à 8, à 4 et un dérivé du mode horde (jouable en solo ou à deux) ayant pour nom l’Epreuve des dieux. Les autres modes sont: Le combat des champions (à 4 ou 8), la Faveur des dieux (en équipe de 2 ou de 4) et pour finir un mode de capture de drapeau (en équipe de 4). Dans les deux premier mode, le scoring se fait de deux manières, soit en supprimant le plus d’adversaires (si possible avec classe pour que ça rapporte plus), soit avec des actions sur certains éléments du décors comme les coffres. Dans certains cas, même en éliminant qu’un minimum d’adversaires vous pourrez toujours terminer premier. Ca charcute, c’est fun, pas de latence qui pourrait pourrir l’expérience, mais est ce que cela tiendra dans le temps ? Car il faut bien l’avouer, on sent qu’il y a déjà un peu moins de monde en réseau… à voir.

CritvertComment faut il prendre ce dernier jeu de la saga ? Un gameplay efficace, un solo avec une durée de vie correcte mais moins « OH BORDEL QUE CA DEFONCE » que dans le précédent épisode, un mode multijoueur qui devrait plaire à ceux qui y jouent, God of war: Ascension fait le boulot qu’on lui demande à savoir nous divertir. Alors pourquoi s’en priver si vous aimer cette licence ?

About the Author

-

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>