Published On: mer, déc 11th, 2013

[TEST]Call of Duty: Ghosts

CallofDuty-Ghosts_pochette10 ans, voila dix années que Activision nous propose chaque année son FPS très hollywoodien, et chaque année depuis dix ans, le succès est toujours au rendez-vous avec des ventes records pour un jeu qui ne bouge pas forcément dans son déroulement hyper scripté du mode solo et surtout avec un multijoueur où la communauté n’a cessé de grandir avec le temps. Une communauté très fidèle si l’on en croit les chiffres du online. Cette année, c’est le studio Infinty Ward qui avait la charge de développé un nouvel épisode de Call of Duty. Ce dixième s’appelle porte le nom de Ghosts, et le studio à l’origine des épisodes de la série et surtout des trois Modern Warfare ne ressemble plus vraiment à ce qu’il était durant ces années fastes. Alors que vaut ce Ghosts qui se vend si bien ?

CallofDuty-Ghosts_002Cette année, nous avons droit à un scénario où une coalition des pays d’Amérique du sud appelée La fédération (il fallait bien trouver un nouveau méchant après les russes, les arabes et les chinois) qui, après que le monde vint à se retrouver en manque de pétrole suite à la chute des pays producteur du Moyen-Orient, prend la décision de s’attaquer au pays de l’Oncle Sam en prenant les commandes d’une station orbitale équipée de l’Odin et de s’en servir comme arme pour la retourner contre les Etats-unis. Une dizaine d’années après cette événement et l’invasion qui a suivi, nous nous retrouvons dans la peau de Logan qui va, avec son père et son frère, tenter de mettre en échec La fédération dans sa soif de conquête du monde libre (ok, là j’en rajoute un peu, j’avoue). Vous voila donc propulsé dans la section des Ghosts, que l’on pourrait présenter comme des Navy Seals ++, des mecs qui n’ont peur de rien et surtout pas des chiens (nous en reparlerons un peu plus tard de ce canidé…), mais ce qu’il faut savoir c’est que l’un de ces membres est le grand méchant du jeu et qu’il n’est pas près de se rendre. Bref, le décor est planté et reste comme souvent dans le cliché, mais bon, pourquoi pas.

CallofDuty-Ghosts_005Bon ! Pour faire un FPS de guerre de nos jours il faut: un bon scénario, une maniabilité aux petits oignons et surtout un multijoueur très solide ! Call of Duty: Ghosts ne rentre pas totalement dans ces trois critères. Je m’explique. La « GRANDE » nouveauté de gameplay (lol) que l’on nous a vendu cette année pour ce Call of Duty: Ghosts c’est: le chien Riley. Ce qui veut dire qu’en plus de vos habituelles armes de destructions que son les fusils mitrailleurs, les pistolets, les lance-roquettes, les grenades ou votre couteau, vous avez avec vous un bon toutou capable de s’en prendre à l’ennemi et le mettre à genoux pour qu’ensuite, tranquillement, vous l’achevez. FAIL. La bonne idée de cet opus ? Pas vraiment car dans le mode solo, vous n’aurez que trois missions où il vous sera réellement possible d’interagir avec votre toutou pour débusquer et/ou attaquer les hommes des troupes adverses avec une vue à la première personne (pourtant cela aurait pu être une bonne chose pour varier le gameplay et sortir de la routine pan pan, boum boum). Du coup, on se retrouve une fois de plus à aller d’un point A à un point B en tirant sur tout ce qui bouge sans prendre vraiment de plaisir à jouer. Si l’on ajoute à cela une intelligence artificielle au ras des pâquerettes et des indications à l’écran pas toujours claires (oui, je me plains de manque d’information comme un assisté de la manette ! C’est dire), autant dire que la campagne solo n’est pas un exemple. Pourtant il y a certaines idées plutôt intéressante comme la scène de la station orbitale (très inspirée du film Gravity), celle se déroulant dans un environnement marin et j’ai même eu un petit coup de cœur sur celle du train.

CallofDuty-Ghosts_001Techniquement, Call of Duty: Ghosts est propulsé par un moteur ayant déjà pas mal tourné, mais que Infinity Ward a décidé d’usé (d’abusé ?) jusqu’au bout du bout en le boostant pour s’adapter à la Playstation 4 et la Xbox One, ainsi qu’aux PC plus gourmands en demande de polygones. C’est mieux que par le passé, mais nous sommes loin de ce qui se fait en face (BF 4 et son Frosbyte pour ne pas les citer). Pire encore, sur les consoles d’ancienne génération, le jeu est même moins bon graphiquement que des titres sortis bien plus tôt cette année. On espère vraiment que Treyarch, qui aura la charge du prochain titre de la licence avec l’alternance d’une année sur l’autre, travaille déjà avec un tout nouveau moteur optimisé pour la nouvelle génération de machine. Reste, encore et toujours, le bon rendu audio de la réalisation où ça explose de partout, les balles siffles et même un traitement spéciale comme dans la scène de la station (NDLR: dans l’espace personne ne vous entendra crier…) avec des tirs étouffés.

CallofDuty-Ghosts_004Nous avons parlé du solo, passons au mode coopération. Extinction ne vous proposera pas de faire face à des zombies cette fois-ci, mais à des aliens. Ça sera le côté « sympa » du jeu où, sur une carte unique (du DLC en approche ??? surement !), vous devrez poser et protéger des foreuses pour percer les nids de ces féroces aliens qui feront tout pour vous faire la misère et défendre les leurs ! Plus vous en éliminerez, plus vous vous ferez des thunes pour investir dans des armes plus puissantes.

CallofDuty-Ghosts_003Allons à présent sur le terrain du multijoueur, qui est généralement l’autre force de la licence. Hélas, concurrence oblige, Infinity Ward s’est dit qu’il fallait faire des cartes plus grandes… jusque là, on se dit que c’est une excellente chose et que l’on va pouvoir se foutre sur la tronche entre deux équipes de seize pèlerins ou plus et que ça va être jouissif comme c’est pas possible… Mais c’était sans compter sur la diminution du nombre de joueurs dans une équipe de neuf à seulement six sur les machines d’ancienne génération. Oui, vous avez bien lu, on a des cartes plus grandes, bien plus grandes, mais vous n’y serez qu’à douze à la fois sur vos « vieilles » consoles. Comment, en 2013, est-ce possible de faire cela alors que la concurrence propose du seize contre seize, voir du trente deux dans chaque équipe. Mais si vous lisez ce test, c’est que la version « next gen » vous intéresse avant tout et qu’il faut savoir que pour le coup, vous aurez droit à du neuf contre neuf… donc dix-huit personnes en tout. Reste que vous pourrez toujours paramétrer votre avatar en faisant évoluer son armement au fur et à mesure de l’augmentation de votre niveau pour les habituels modes de jeu de match à mort, capture de drapeau etc.

CritoraVous l’aurez surement compris, pour nous ce Call of Duty: Ghosts n’est pas « fou fou » et surf un peu trop sur ce qu’il sait faire et surtout ce qu’il fait depuis un lustre (NDLR: ce qui correspond à cinq ans, pour vous éviter d’aller ouvrir un dictionnaire…) et se permet même une erreur de goût avec la réduction du nombre de joueurs sur le multi. Il est temps qu’Activision mette un peu plus de moyen, qu’ils ont surement en quantité d’ailleurs, pour une refonte au sens large du terme de sa licence phare avec un moteur de jeu ambitieux et une prise de risque dans le gameplay.

About the Author

-

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>