Published On: mer, déc 18th, 2013

[TEST]Forza Motorsport 5

ForzaMotorsport5_CoverTurn 10, un nom qui résonne dans la tête des joueurs de consoles XBox comme un studio d’excellence en ce qui concerne la simulation de jeu de course automobile des consoles de Microsoft. Avec la sortie de Forza Motorsport 4 en 2011, Turn 10 avait mis à mal la suprématie de la concurrence avec un titre quasi parfait sur console de salon. Ce quatrième opus sortit en six ans de vie de la licence, le troisième sur la Xbox 360, se voulait beau, jouable et complet dans ce qu’il proposait en simulation et réglages en tout genre, mais également très riche en contenu. La sortie de la Xbox One, le 22 novembre dernier, a été accompagnée par un line-up assez large en terme de style de jeux et surtout avec le tout nouveau Forza Motorsport 5. Turn 10 tenant son rythme d’un jeu tous les deux ans nous promettait un titre révolutionnaire avec l’intégration de nouveaux services comme le cloud. Les promesses ont-elles été tenues ?

ForzaMotorsport5_003La Xbox One est donc une console de nouvelle génération, plus puissante que sa grande sœur la Xbox 360, mais surtout proposant une toute nouvelle manette de jeu qui, pour un amateur de conduite au volant sur les simulations de jeu de course, doit permettre à quasiment n’importe quel type de joueur de prendre en main le jeu immédiatement ! Et le gameplay dans un jeu de conduite, c’est PRI-MOR-DIAL ! Justement le gameplay de Forza Motorsport 5 est parmi ce qui se fait de mieux aujourd’hui sur console de salon grâce à de nombreuses aides à la conduite et/ou la possibilité de régler votre voiture pour des performances optimales (mais nous allons y revenir), mais surtout grâce à cette nouvelle manette qui sera d’un grand secours pour de nombreux joueurs « amateurs » ou « confirmés ». Microsoft nous a longuement vanté les mérites des gâchettes de cette manette de la Xbox One qui embarque des vibrations -certains pensaient même que c’était du retours de force… ce qui aurait été juste GENIAL sur une manette de jeu, mais ce ne sont que des vibrations- et qui doit nous offrir une nouvelle façon de jouer, surtout sur un jeu conduite comme celui de Turn 10. Alors c’est le cas ou non ? Et bien oui, c’est le cas, et c’est l’une des meilleurs idées de ces dernières années sur console, car (comme je l’explique plus bas dans la vidéo de mon tour en F40 à Prague) il faut savoir que les vibrations se font ressentir dès le moment où vous perdez de l’adhérence dans les virages, au départ de la course ou si vous appuyez un peu trop brusquement sur l’accélérateur après avoir ralenti par exemple. Avec cette « information », car je ne veux pas utiliser le terme « d’aide », dans le comportement de votre véhicule, vous pouvez rapidement corriger une trajectoire en relâchant l’accélérateur et/ou en freinant si besoin, et ainsi éviter d’aller droit dans le décor en cas de perte de contrôle de votre bolide.

ForzaMotorsport5_002Autre élément que Turn 10 et Microsoft nous ont vendu comme révolutionnaire sur ce Forza Motorsport 5: le drivatar. Le drivatar est une intelligence artificielle générée à partir de l’analyse du comportement et du style de conduite des joueurs dans le jeu. En clair et pour tenter de faire simple, quand vous faites une partie, des données sont envoyées depuis la console vers le cloud pour être par la suite retranscrites durant vos courses comme intelligence artificielle de vos adversaires. Intelligence artificielle que vous pouvez d’ailleurs régler sur un niveau allant de « pilote débutant » à « imbattable » (huit niveaux en tout). Cela permet, au fil du temps et surtout à condition que vos amis soient plutôt bons, de se retrouver face à des concurrents plus vrais que nature, mais aussi parfois plus débiles qu’une intelligence artificielle qui aurait été programmée pour le jeu. Il ne sera pas rare de voir un véhicule vous rentrer dedans à cause d’une conduite très (trop) agressive, freiner en pleine ligne droite à cause d’une légère courbe (alors que celle-ci peut être prise pied au plancher), tout comme il sera possible de voir ces adversaires faire des fautes justement à cause de ces freinages tardifs. Il y a du bon et du moins bon dans ce système de drivatar, mais c’est toujours bien mieux que le principal concurrent qui n’a pas évolué d’un poil avec des voitures sur rail.

ForzaMotorsport5_001Pour progresser dans le jeu, il vous faudra investir dans des voitures de plus en plus chères -achetées avec des crédits gagnés pour chaque courses et même par votre drivatar lorsque vous êtes hors ligne- et souvent hors de prix si vous êtes « un petit joueur ». Alors crevons l’abcès de suite, oui les voitures sont bien trop coûteuses et le système de micropaiement du tire vers le « n’importe quoi » tellement il peut paraitre abusif (comme avec la Lotus à 6 millions… mais une mise à jour prévue cette semaine devrait corriger cela), mais faut-il rappeler que Forza Motorsport 5 est une SIMULATION. Du coup, en se penchant un peu sur la manière de gagner des crédits, il est simple de constater qu’il faut être bon et surtout jouer à un haut niveau de simulation et de difficulté pour avoir l’honneur de ne pas avoir à dépenser un kopeck de plus que le prix de votre jeu lorsque vous êtes passé en caisse. Plus vous jouez en difficulté/réglages proches de la simulation pure (pas d’aide comme l’ABS, la trajectoire idéal, la motricité, boite automatique…) et plus vous allez engranger des crédits rapidement. Il faut savoir ce que l’on veut, il ne s’agit ici pas d’un jeu d’arcade et se faire « de l’argent », ça se mérite ! Après, le système économique en place et les prix exorbitants de certains véhicules ne sont pas des plus plaisants pour le joueur lambda, c’est un fait.

ForzaMotorsport5_Silverstone_01_WMPassons maintenant sur les éléments qui peuvent fâcher le joueur de la licence qui est habitué, depuis huit ans, à voir débarquer un meilleur Forza Motorsport deux ans après le dernier. Le nombre de circuit et le nombre de véhicule disponibles. Seulement 15 lieux donnant plus ou moins de tracés différents avec du court, du long, du miroir, de l’inversé etc., lieux auxquels nous aurions aimer voir un Nurburgring, un Suzuka, un Monaco, des circuits en ville, des portions de pistes A vers B… mais pour cela il faudra peut-être passer par la case DLC à un moment ou à un autre. Même constat pour les véhicules, qui eux aussi manquent de diversité, avec un garage autour des 200 voitures, et là par contre, des DLC sont déjà disponibles comme celui pour augmenter vos parc de Ferrari. Cependant, il est parfois bon de préférer la qualité à la quantité, et la dessus les véhicules ont reçu le traitement qu’il fallait avec un excellent rendu aussi bien visuel qu’audio. Les tracés quand à eux font parfois très « vides ». Autre point que l’on aurait aimé avoir plus riche: les épreuves proposées. Turn 10 nous propose un mode carrière avec moins de cinquante coupes qui sont réparties en huit catégories: Sport Compact, Sport RT, Grand Touring, Exotic, Classe Competition, Specialized, Vintage et Racing; catégories elles même divisées en sous catégories permettant de couvrir tous les type de véhicule disponibles dans le jeu. Ce problème de manque de variété dans les circuits nous donne, à un moment, l’impression de toujours faire la même chose (bon ok, on tourne en rond sur un circuit et si on a acheté le jeu, ça n’est pas pour faire du tricot), et ce n’est pas les épreuves proposées qui changent la donne. De la course basique à plusieurs à une course au beau milieu de décors en carton, en passant par une autre course avec des véhicules plus lents avec vous ou bien une course face au Stig (vous savez, le pilote de l’émission britannique Top Gear), croyez moi vous allez vite fait le tour des challenges proposés dans Forza Motorsport 5. Top Gear qui est partenaire du jeu où les présentateurs vous ferons un petit speech avant chaque nouveau championnat pour vous présenter les voitures prévues pour ce dernier (à condition d’avoir les moyens de vous les acheter…).

ForzaMotorsport5_001Avant de parler rapidement des réglages, parlons de la physique des véhicules et plus particulièrement sur les dégâts. Une chose étrange se produit concernant la localisation, et surtout l’impact des dégâts sur votre véhicule. En effet, tout semble se concentrer sur l’avant et l’arrière de votre voiture, car vous avez beau recevoir des coups sur les côtés, seuls les impacts de devant et de derrière auront des conséquences sur la mécanique… un peu dur à avaler pour une simulation. Du côté des réglages, nous avons toute une tripoté de possibilités, comme souvent, avec les longueurs des rapports, la hauteur de caisse, les freins et j’en passe. Un passage obligé si vous voulez caresser le doux rêve d’être en tête du classement mondial des chronos sur chaque tracé. Si l’on parlait maintenant du multijoueur ? Celui-ci est jouable à deux en écran scindé ou à seize en ligne via le Xbox Live sur le même contenu de catégorie de voiture et de circuit que votre mode carrière, mais avec tout de même un mode supplémentaire: le drift. Rien de bien fou fou et Turn 10 devrait proposer un nouveau mode dans la prochaine mise à jour du jeu.

CritvertC’est quoi le bilan de ce Forza Motrosport 5 ? Techniquement, on s’attendait à « un peu » mieux, surtout après ce que l’on avait eu en présentation à l’E3 2013, et il apparait clairement que le rendu final n’est pas celui que l’on nous avait vendu avant l’été. Si vous n’êtes pas du genre patient, les temps de chargement entre chaque course, et c’est un comble sur cette génération, vous refroidiront clairement. Nous n’avons peut-être pas un jeu aussi beau qu’attendu, et cela nous permettra surement d’avoir un Forza Motorsport 6 encore plus riche graphiquement, mais celui-ci tourne à 60 images par seconde en permanence, et la dessus on ne peut nier que c’est très agréable. Cependant, on peut regretter l’absence total de condition météorologique, de cycle jour/nuit -surtout que l’on voit ça chez la concurrence depuis des années- et, comme nous l’avons déjà noté, de plus de circuits connus. Reste le point noir des micropaiements qui ne rassurent pas les détracteurs de ce « business model », mais personne ne vous met un couteau sous la gorge pour vous forcer à mettre la main à la poche. Pour résumer, nous avons une bonne simulation de course, mais avec de vilains petits défauts que nous venons de citer et qui peuvent frustrer plus d’un joueur.

About the Author

-

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>